AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
ON AVAIT OUBLIÉ DE COCHER OUI, INSCRIVEZ VOUS breeeze
Venez nous rejoindre sur la CB !

La playlist est également vôtre, faites en bon usage! Smile

Partagez | 
 

 Les crottes et la liberté.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
have a cigar with

avatar
THUNDER ϟ
❅ MESSAGES : 601
❅ AGE : 37 ❅ OCCUPATION : Vous donner du plaisir.
❅ TALENT : Perversion.

MessageSujet: Les crottes et la liberté.   Ven 16 Jan - 11:11



Hate me like you do.
ft. LIBRE


Ici, c’était un calvaire. Les bobos s’étaient encore pris pour les rois de cette ville, du monde. Eux, qui ne voyaient les fleurs et la verdure, l’amour comme personne d’autre. Ils commençaient réellement à me faire péter le système. Je ne suis pas une femme comme celles de la ville, je n’aime ni les fleurs, ni le chocolat, ni même les câlins, les restos chics… Bref, soit j’étais pas née dans le bon corps, soit j’étais là pour montrer au monde qu’il n’y avait pas un seul type de femme. Bref, dès que j’en voyais un passer je ne pouvais pas m’empêcher de le haïr de tout mon être et le maltraité psychiquement.

Heureusement, je n’avais vraiment de pouvoirs psychiques et ils vivaient toujours dans leur bonheur. Depuis que j’étais sortie de chez moi, j’en croisais à tous les coins de rues en train de peindre ou de faire de la guitare comme s’il se prenait pour Hendrix. Je tentais de comprimer cette haine au fin fond de mon être pour promener mes chiennes sans tuer quelqu’un. Quand je les avais retrouver ce matin, elles attendaient sagement pour sortir. Etant donné que je ne voulais pas de crottes dans mon jardin, je me suis dis que je pourrais aller au parc, au moins, j’emmerderais les autres.

Quand je fus rapidement au Melody’s Park, j’eus un large et franc sourire, chose qui m’arrivait peu souvent. Plusieurs personnes dans le parc, avaient ces petits cachets que je faisais fabriquer par des scientifiques plus que qualifier à l’addiction. Mon bébé, mon amour, ma vie, ma Molly s’engouffrer dans leurs gorges pour mon plus grand plaisir, elle allait les faire voyager ces petits. Et j’étais plutôt fière que ce soit grâce à moi. Je leur apporter le bonheur, l’addiction, la pauvreté. Tout ça c’était moi et jamais je ne me sentis plus enjouée.

made by lizzou – icons & gif by tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hippyhippyshake.forumactif.org/t60-drugs-drugs-drugs-ever
have a cigar with

avatar
THUNDER ϟ
❅ MESSAGES : 73
❅ OCCUPATION : Student - drug maker
❅ TALENT : Creating drugs

MessageSujet: Re: Les crottes et la liberté.   Mer 28 Jan - 0:22

Le soleil brillait haut dans le ciel.
Productivité, tel avait été l’astre de ma journée.
Le repos, j’avais mérité.
L’extérieur, l’air frais emplissait mes poumons.
Le soleil faisait briller ma chevelure de feu.
Emmitouflée dans un foulard de laine.
Ma veste bien chaude me gardait du froid.

J’observais les clients satisfaits.
Molly faisait partie du paysage du parc.
Joyeusement, j’allumais mon bonheur.

Le tabac emplissait mes poumons.
Laissant place à ma noirceur.
De l’extérieur j’étais jeune.
J’étais naïve, douce, enfantine.
Pourtant, les gens ne se doutaient pas
Mon monstre intérieur, celui qui me hantait.
Ma création, créant l’addiction.
Impossible de passer par-dessus.
Elle avait le dessus.

Mon livre à la main,
Assise sur un banc, j’y posais mes yeux.
Puis, vint le moment où je les levais
Tirant sur mon cancer futur.
Elle était-là magnifique comme à son habitude.
Je me levais, la regardait s’approcher.

« Bel après-midi non?»

Lui demandais-je souriante.
Je regardais les magnifiques bêtes qui l’accompagnaient.
Tout semblait parfait. J’étais heureuse en cet instant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hippyhippyshake.forumactif.org/viewtopic?t=392&topic_
have a cigar with

avatar
THUNDER ϟ
❅ MESSAGES : 601
❅ AGE : 37 ❅ OCCUPATION : Vous donner du plaisir.
❅ TALENT : Perversion.

MessageSujet: Re: Les crottes et la liberté.   Jeu 5 Fév - 13:34



Hate me like you do.
ft. LIBRE


L’enfant que je n’aurais jamais été assise sur un banc. Comme toujours, emmitouflée dans ce nuage de cendres et de mort. Je ne dis rien, ce n’était pas mon droit. Elle menait sa vie comme elle l’entendait, par conséquent je ne pouvais rien contre ça. J’étais bien pire qu’elle avec ce cancer, je l’aimais. J’aurais même été prête à l’épouser si s’en était possible. Etait-ce masochiste ? Peut-être, je ne saurais exprimé ce que c’est que de savoir que l’on se tue, la seule réponse que je peux donner ; c’est que l’on continue quand même. C’est une addiction, le seul bonheur dans une vie, c’est un calmant, un amant, un meurtrier. C’était la vie.

J’avais décidé de laisser les filles courir comme elles le voulaient, s’étalant dans les herbes froides de Calstery ou encore se frotter le poils contre les arbres. Ces chiennes étaient des petits trésors et je ne leur interdisais jamais rien. Elles n’avaient pas le droit d’avoir une mauvaise vie, peu d’amour parce qu’elles étaient des animaux. Loin de là. Les hommes disent : « Les chiens sont les meilleurs amis de l’homme », dans mon cas, c’est ce qui s’en rapproche le plus. Je leur offrais tout ce dont elles avaient besoin, je m’amusais toujours avec elles, je les aimais. Et jamais je ne les grondais. Un animal serait prêt à mourir pour son maître et c’est bien souvent ce que les gens ne comprennent pas. Le fait que les animaux sont des êtres pourvu de sentiments et ils le rendent.

L’autre enfant, celle que je n’aurait jamais, ouvra sa petite bouche. En fait, dès que je la regardais ce n’était pas une jeune femme qui commençait à prendre maturité pour épouse que je voyais, mais une toute petite enfant d’à peine 10 ans, qui a toujours besoin de quelque chose, qui joue, qui souris… « Légèrement frais, ma douce, mais que veux-tu, je fais le bonheur de beaucoup mais je ne suis pas encore mère nature. » J’eus un large sourire, je savais qu’avec elle, je pouvais m’exprimer comme bon me semblait. Elle savait mon métier et en définitive savait tout de ma vie. Ce n’était pas grand-chose, c’était déjà ça. « Elles étaient insupportables, à attendre devant la porte pendant des heures depuis que les réverbères sont allumés… C’est à croire que l’hiver ne les endort pas mais les rend encore plus vives. » Dis-je en regardant les chiens qui jouaient comme des enfants, sourire et cigarette aux lèvres.

Je viens m’asseoir sur le banc, passant mon bras sur dossier de ce dernier. C’était comme si je l’enveloppais dans mes bras mais sans réellement le faire. C’était intime et publique à la fois. Je lui souris. « Ca va ma douce ? Que lis-tu ? » J’avais toujours une grande lectrice étant donné que je n’aimais pas les hommes, les gens, les vieux, j’aimais l’idée qu’il en dégager des livres. Grâce aux livres, j’avais eu différentes vies dans différentes époques, j’avais eu des millions d’amis, d’amants, d’ennemis public numéros un. Ils m’avaient aussi était d’une grande richesse, je peux le dire, les livres ont enrichis ma culture. J’ai appris les sentiments et leurs distinctions, j’avais appris les gens, leurs goûts, leur langage, j’avais appris les lieux, les époques, les modes. Tout ce que je sais, c’est de ce petit objet qu’elle tenait dans ses mains que je le savais. C’était toujours une fierté pour moi, un bonheur immense que de voir une personne lire. Lorsque l’être humain arrêtera de lire, de caresser des pages, de pleurer sur ces dernières, alors l’humanité aura atteint un point de non retour, la fin.

made by lizzou – icons & gif by tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hippyhippyshake.forumactif.org/t60-drugs-drugs-drugs-ever
have a cigar with

avatar
THUNDER ϟ
❅ MESSAGES : 73
❅ OCCUPATION : Student - drug maker
❅ TALENT : Creating drugs

MessageSujet: Re: Les crottes et la liberté.   Lun 16 Fév - 20:30

Les cendres de mon futur.
Le nuage de fumé qui m’entourait.
Cet mort certaine me guettait.
Je le savais, pourtant, je l’aimais.
L’idée de pouvoir choisir de mourir
Mourir jeune et belle
Plutôt que de devenir vieille et moche.
Je tirais sur le bâton de cancer.
Cette chose qui avait toujours été présente à mes côtés.
Prête à me rassurer.

The dogs ran into the herbs.
Rubbing themselves against the trees.
Duchesse loved them so much.
I had grown quite fond of them.
I used to dislike these creatures.
I have always had a preference for cats.
But them, Duchesse and her girls.
They had changed me.
Together.

J’avais ouvert ma bouche.
J’avais prononcé des mots.
Elle me répondit.
Sa douce.
J’étais cette douceur dont elle avait besoin.
La fraicheur je ne la sentais plus.
Depuis longtemps j’avais perdu ce plaisir.
Celui de vivre ce froid.
Elle parla du bonheur.
De celui qu’elle apportait à la ville.
Sans être mère nature.
Je tirais sur mon cancer.
Lui répondant ensuite:

« Si vous étiez mère nature, je suis certaine que le soleil brillerait plus souvent et que jamais le vent ne se lèverait. La pluie serait pour des jours tristes et la neige pour ceux spéciaux. Mais ceci ne serait que mon avis.»

She offered me that smile.
That large smile I loved so dearly.
I answered her smile with my greatest smile.
This woman had taken my mom’s place in my life.
All teeth out.
Breathing the innocence of my age.
I listened as she spoke of her beautiful darlings.
Indeed.
Winter was longer this year.
Colder, just like my heart.
My heart was growing weak.
Just like my lungs.

Elle prit place sur le banc.
Je la rejoints.
Son bras sur le dossier
Créer l’impression d’une proximité.
Celle que je n’ai jamais eux avec ma mère.
Elle me demande ce que je lis.
Je la regarde, je souris encore.
Je replace une longue mèche qui tombe derrière mon oreille.
Jamais je ne pourrais dompter cette chevelure rousse.

« Dante. Inferno. »

I showed her the cover.
I smiled again.
Thinking of the nine circles.
The ones that were in hell.
In Dante’s inferno.
I openned the pages.
And started reading the beginning.
My favorite passage :

« Midway on our life’s journey, I found myself
In dark woods, the right road lost. »


C’était ainsi que je me sentais.
J’étais dans les sombres bois.
J’avais perdu mon chemin
Et maintenant je tentais de me retrouver.
J’étais devant cette femme.
Celle qui faisait probablement d’un des cercles.
Le cercle de mon propre enfer.
Celui que je m’infligeais.
Mais pourtant,
Comme je l’aimais.
Cette femme,
Je l’admirais, je l’adorais.
Elle était mon poison
Mais aussi ma cure.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hippyhippyshake.forumactif.org/viewtopic?t=392&topic_
have a cigar with

avatar
THUNDER ϟ
❅ MESSAGES : 601
❅ AGE : 37 ❅ OCCUPATION : Vous donner du plaisir.
❅ TALENT : Perversion.

MessageSujet: Re: Les crottes et la liberté.   Mar 17 Fév - 15:57



Hate me like you do.
ft. LIBRE


Duchesse était la femme la plus riche de la ville ce qui lui donnait plusieurs bonnes occasions, acheter des livres, des accessoires pour la maison tout ça était réellement simple pour elle. Les gens connaissaient ses goûts, un peu glauque. Si simple qu’elle n’avait pas à chercher, on venait directement à elle dès qu’un objet pourrait lui plaire. Alors, il lui arrivait rarement de commander cinq livres, se les lire en moins d’une semaine ; cela compléter ses longues journées, l’absence de maris ou d’enfants. « Dante. Inferno. » Elle sourit, caressa ses propres cheveux pour les mettre un peu plus en arrière, libérant son visage sec et pourtant sensuel.

En parlant d’enfant, son être adopté n’avait jamais cesser de lui dire « vous », chose qu’elle appréciait, cela montrer le respect que pouvait avoir la petite envers cette mère de substitution. Cependant, Duchesse, enfin, Elizabeth en ce temps-là, n’avait jamais eut une éducation pareille, elle avait tutoyé ses parents adoptifs, étaient familière même avec eux, avait eut le droit de tout et la restriction de rien. C’était l’effet escompté dans leur famille. Ses parents étaient très ouverts, il ne voulait que le bien de la petite. Ils lui avaient rapidement dit qu’elle était une orpheline, que personne n’avait jamais pu dire qui était ses parents, qu’elle avait été retrouvée un jour de grandes chaleurs dans un parc. C’est tout ce qu’elle savait. Rapidement, ils lui ont fait comprendre que malgré le fait que ce ne soit pas leur fille biologique, elle était leur enfant, qu’ils étaient ses parents parce qu’ils l’avaient aimer et choyer, que c’était l’amour de l’être qui était plus fort que le sang et tout le reste. Et c’était ce qu’il se passait entre ces deux êtres, c’était les destins qui les avaient liées l’une à l’autre, c’était l’amour qui ne les sépareraient pas.

Tendrement, elle l’avait écouté dire ces paroles déchirantes comme quoi elle n’était qu’une âme égarée. « Midway on our life’s journey, I found myself / In dark woods, the right road lost. » Dans un instinct maternel, Duchesse venait poser son front contre celui de la jeune femme et lui embrassa le bout de son nez. « In every place, you can find a light, my sweety.  Don’t be so dramatic, you’ll find your way back. Let the time do, what it has to do. » Elizabeth eût un large sourire puis s’écarta de la petite pour reprendre une bouffée de ce cancer. C’est avec délectation qu’elle en recracha la fumée, les yeux mi-clos savourant chacune de ses émotions, de ses sensations. Sa voix était même très rauque à cause de cette dernière.« Did I teel you, who was my parents, sweety ? »  Elle marqua une pause avant d’ouvrir à nouveau ses yeux et regarda ses chiens s’amusaient. « And what they teach me ? It’s like, you have to know... You’re my home.»

made by lizzou – icons & gif by tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hippyhippyshake.forumactif.org/t60-drugs-drugs-drugs-ever
have a cigar with

avatar
THUNDER ϟ
❅ MESSAGES : 73
❅ OCCUPATION : Student - drug maker
❅ TALENT : Creating drugs

MessageSujet: Re: Les crottes et la liberté.   Mar 17 Fév - 19:58


Cette riche dame.
Celle qui m’avait prise sous son aile.
Cette beauté sublime.
Elle était insaisissable et pourtant
Comme j’aurais aimé pouvoir la saisir.
Comprendre cette grande dame.
Celle qui m’avait tant apprit.

After my readings.
She looked at me.
Her forehead against mine.
She kissed the tip of my nose.
And she spoke the truth.
Every place had light.
She told me I’d find my way back.
To let time do it’s work.
Everything would be fixed.
I knew it was the truth.

Son sourire s’éloigna de moi.
Je ne ressentais plus la chaleur
De son front contre le mien.
Je la regardais respirer doucement
Cet objet de nos désirs.
Celui dont nous ne pouvions nous passer.
Voir la fumée monter dans les airs.
Je savourais autant qu’elle cet instant.
Elle me demanda alors.
Brisant le silence.
Si elle m’avait dit qui étaient ses parents.

« I believe that you haven’t madam. »

I looked up at her.
Breathing out.
The cloud of tabaco.
She paused and looked at her dogs.
What they had taught her.
And that I had to know.
I was her home.
My heart started beating quicker.
I was her home.
And yet, I felt like something was missing.
My heart was scared.
I didn’t want to dissapoint my birth mother.
But I also wanted to be part of Duchesse’s home.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hippyhippyshake.forumactif.org/viewtopic?t=392&topic_
have a cigar with

avatar
THUNDER ϟ
❅ MESSAGES : 601
❅ AGE : 37 ❅ OCCUPATION : Vous donner du plaisir.
❅ TALENT : Perversion.

MessageSujet: Re: Les crottes et la liberté.   Jeu 19 Fév - 8:51



Hate me like you do.
ft. LIBRE


Les parents de Duchesse étaient plus qu’important dans sa vie, certes elle était partis, elle avait prit son envol, mais ils l’avaient libéré de toutes contraintes, lui demandant uniquement une lettre par-ci, par-là. Des nouvelles, des choses basiques. Des choses de sa vie mais tout était très subtil, rien n’était laissé au hasard. Elle ne voulait que leur bien, alors elle leur donner que le bon de sa vie. « I believe that you haven’t madam. » Duchesse avait eut une petite sourire, bien sûr que non… C’était dans ses habitudes de ne jamais parler d’elle. C’était un mystère pour tout le monde. Elle humecta ses lèvres mais garda la cigarette non loin d’elle pour la terminer rapidement. « Well, I will never ask you to deny your mama. Your problems are entirely yours. You just have to know that I care about you. » Elle acquiesça, sans regarder son enfant d’adoption, le regard lointain. C’était tellement difficile de dire des choses pareilles, le monde ne la connaissait pas sous ce jour et c’était à croire qu’elle même ne se connaissait pas ainsi. C’était un moment spécial, un moment solennel, un moment de pure vérité.

« Parents are everything for their child. And I really hope that you will understand that one day or another. That you’re here because of her… But they teach me a thing that only adoptive parents know… Your parents are the people who are here for you, anytime of the day or the night, they are the one you will miss when they gone… And most important, they’re the one you will love with you entire heart no matter what. » She smiled once again but not the everyday smile, the one with regret, with love.

Elle avala une boule de fierté qui roulait dans sa gorge. Elle ferma les yeux et finit sa cigarette d’une longue bouffée. Le monde continuait à tourner et elle savait au plus profond d’elle que ses parents -même adoptifs- n’avaient plus beaucoup de temps devant eux. Ca l’inquiété, elle se demandait si elle ne ferait pas mieux, à présent de repartir de Calstery et d’aller les voir, les soutenir… Le visage durcit par ses pensées, elle resta là sans bouger. N’ayant même pas remarqué que ses chiennes étaient revenues lui demandait un peu d’amour. « Life is short... » murmura-t-elle pour elle même. Puis revenant au monde, elle regarda ses animaux et un immense sourire s’imposa. « Oui, mais filles, je vous aime aussi. » Je vous aime. C’est mot qu’elle ne dirait jamais à personne, ces mots qui n’avaient pas le droit de sortir. Même en épitaphe d’une lettre, elle ne le marquait pas. C’était simplement, E. Adler pour les allemands, et de multiples autres noms pour sa couverture.

made by lizzou – icons & gif by tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hippyhippyshake.forumactif.org/t60-drugs-drugs-drugs-ever
have a cigar with
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Les crottes et la liberté.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Les crottes et la liberté.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Tenue de druide (solstice) et sacktue de la liberté
» Les chemins de la liberté (Peter Weir)
» Les martyrs de la Liberté
» Révolte interdite et mandat en liberté conditionnelle
» Opération Liberté immuable

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: DAY TRIPPER :: joplin town :: melody's park-