AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
ON AVAIT OUBLIÉ DE COCHER OUI, INSCRIVEZ VOUS breeeze
Venez nous rejoindre sur la CB !

La playlist est également vôtre, faites en bon usage! Smile

Partagez | 
 

 {HOT} party girls don't get hurt -Kaya ft. Caly-

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
have a cigar with
Invité

Invité

MessageSujet: {HOT} party girls don't get hurt -Kaya ft. Caly-    Lun 29 Sep - 23:05

party girls don't get hurt 






« Bon, cassez vous de là les petits chatous, maman doit ranger la maison car Kaya vient ce soir. » J'avais rencontré Kaya à une soirée il y a peut-être un mois. Nous nous étions après revue pour une soirée entre fille il y a une petite semaine, soirée où nous avons bus, joué, ... Et où j'avais pour la première fois... Fais l'amour. Enfin, si on peut appeler ça comme ça puisque les sentiments n'étaient pas vraiment au rendez-vous, elle et moi étions complètement bourrées à mort. Je m'épargne les détails une nouvelle fois, de toute façon je n'arrêtais pas d'y penser depuis qu'on l'avait fait. Mais j'avais décidé de prendre mon courage à deux mains et de la ré-inviter pour tourner la page, pour en parler car on en avait pas trop eu l'occasion. J'avais acheté pour cela, un peu d'herbe et une bouteille de vodka. Ce soir je ne bois pas trop, et ça ne dérapera pas.

Ce n'était pas vraiment mon genre de faire des coups d'un soir, surtout pour une première fois mais Kaya est plutôt dangereuse à sa manière, elle est libérée et elle n'a peur de rien. A l'instar de moi même qui n'est pas très baroudeuse, et je dirais plus que moins expérimentée. Je veux dire, à mon âge, Kaya a du rencontré plus du triple, du quadruple, du cinquple, je ne sais combien de mecs par rapport à moi, qui en suis au stade 0. J'ai eu Jack, mais on s'est arrêté au baiser. Si je pouvais rencontrer un gentil garçon, ça irait. Et encore, si seulement je cherchais.  

Kaya allait bientôt arriver. Je m'activais alors en poussant mes chats de temps à autres. Je voulais que tout soit parfait, pour qu'on passe une bonne soirée et qu'aucune gène ne s'installe entre nous. Et oh, on sonne à la porte!

Il faisait déjà un peu nuit.. Ca tombait bien, la nuit allait nous enlever cet embarras. J'ouvris la porte à mon amie. « Salut comment ça va ! » dis-je d'une petite voix large en sous entendus. Je la fis entrer dans le salon en prenant son sac, elle en sortit une bouteille de whisky, tant mieux c'était un des alcools que je préférais. Je la laissai enlever son manteau et ses affaires, puis je nous fis asseoir sur le canapé, sortant des verres et des bouteilles de diluant sur la table basse. « On boit quelque chose ? »   La soirée s'annonçait très bien, un peu bizarre mais plutôt bien.



.


Dernière édition par Calypso R. Prescott le Dim 5 Oct - 21:29, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
have a cigar with

avatar
CLOUDY ☁
❅ MESSAGES : 357
❅ OCCUPATION : Vendeuse de Livres
❅ TALENT : Emprisonner la vie à travers un objectif

MessageSujet: Re: {HOT} party girls don't get hurt -Kaya ft. Caly-    Mar 30 Sep - 13:23


Party girls dont get hurt
Saez ▽Elle à l’goût d’la mer, Elle a la fraîcheur des rivières, Elle à l’ivresse de la vodka, La folie de la tequila, Elle t’emmène d’l’aut’côté d’la Terre juste quand elle ouvre les paupières  
L’euphorie de l’alcool. Les confessions intimes de jeunes filles. Le retour à l’adolescence. Il a une semaine c’est comme ça que je m’étais retrouvé à coucher avec Calypso… Cette fille si fragile. Un petite fleur toute douce parmi les ronces. Elle avait confié ne pas connaître le plaisir de la chaire. Elle y avait jamais goûté, c’était inconnu à ses yeux… Et moi j’avais volé ce qui était de plus cher pour une fille à cause de l’alcool. Une connerie peut-être, une grosse connerie ouais. C’était évident. J’aurais peut-être pas dû aller jusque là… Mais j’étais paumé, frustrée au fond de moi à cause de ma rencontre inopinée avec Jed… Alors la première occasion qui c’était présentée à moi pour assouvir une part de vengeance, ne devait ne pas être loupée. Mais je m’en voulais que ce soit en profitant de Calypso et de sa fragilité. Depuis je passais mon temps à recoller les morceau dans ma tête, pour comprendre que ce que j’avais c’était mal. Puis elle m’offrait une nouvelle opportunité de la rejoindre de nouveau. Je me doutais que c’était pas pour remettre ça. Non, c’était sans aucun doute pour en discuter et comprendre ce qui nous avait apporté là. Alors je sautais sur l'occasion.

La nuit commençait à tomber et je titubais sur le chemin qui menait jusqu'à chez elle. Ouais, j'avais déjà bien consommé, histoire de me détendre un peu avant d'affronter ce moment. C'était plus simple de voiler la face. Une fois arrivée, elle ne tarda pas à ouvrir la porte, me saluant sans perdre de temps pour me débarrasser de mes affaires et lui tendre la bouteille que j'avais apporté pour ne pas venir les mains vide. « Bien ma chérie ! » Répondais-je un peu déstabilisée, essayant de me contenir pour montrer que j'étais déjà bien atteinte. J’arrivais pas à me sortir de la tête ce moment plus qu’intime que nous avions partagé et le simple fait de la voir de nouveau faisait remonter en moi ce qui m’avait poussé à la faire sombrer avec moi. Mais je chassais cette image de ma tête pour l’instant, seulement pour l’instant. Je me complaisais intérieurement à imaginer qu’il était possible que cette soirée nous conduise à remettre ça…

En attendant je la suivais docilement jusqu’à son salon, recommençant pratiquement le même scénario que la dernière fois. Elle me proposait encore à boire, je sais que c’est pas bien, mais dans ma tête je prends ça pour une invitation à recommencer ce qu’on a fait. Alors je décide de ne même pas répondre. Non, je prends mon courage et je me transforme presque en délinquante sexuel. Je réfléchis plus à ce que je vais faire, ma conscience est refoulée bien trop loin au fond de moi. Je me jette presque sur elle, lui laissant tout de même la liberté de m’échapper. Je veux pas la forcer, même si j’en crève d’envie. J’emprisonne ses lèvres, j’agrippe sa taille pour la sentir au plus près de moi. J’ai envie d’avoir le pouvoir sur elle, de la rendre dépendante, parce que je sais qu’elle est trop fragile… En revanche je sais toujours pas pourquoi je fais ça. J’ai des pulsions nymphomane parfois. J’aime ça et je le cache pas. Mais j’avoue que pour moi c’était tout nouveau de faire ça avec une fille… Mais c’était plaisant, je me sentais mec, je me sentais forte, j’avais un pénis qui poussait dans mon cerveau... Je relâchais pas la pression, j’avais trop d’ardeur à l’intérieur de moi. Je me faisais dévorante, m’insinuant déjà sous ses vêtements. Je voulais pas perdre de temps. Je voulais pas lui laisser le temps de tout stopper pour discuter. Je voulais la faire flancher, la provoquer pour qu’elle se laisse aller. Après nous pourrons discuter, mais pour l’instant je voulais juste la voir se donner comme une misérable. C’était sans doute trop malsain de penser comme ça, mais qu’importe. « J’ai encore envie de toi. » Je la laisse respirer quelques secondes juste pour lui dire ça. Puis je recommence mon petit manège. Je la cherche, je me fais désirer, je veux qu’elle devienne dépendante et qu’elle se laisse faire. Alors j’accompagne mon baiser de caresses, parce que je veux la mettre en confiance, qu’elle en arrive à se dire qu’elle peut se laisser aller et que je ne lui ferais que du bien. Parce que dans mon égoïsme profond, j'ai vraiment envie de revivre ça. Je veux ressentir à nouveau ce que ça fait d'avoir le contrôle sur les choses. Je veux me sentir forte et au dessus de tout.  
(c) AMIANTE



_________________
WHO WILL FIX ME NOW
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
have a cigar with
Invité

Invité

MessageSujet: Re: {HOT} party girls don't get hurt -Kaya ft. Caly-    Dim 5 Oct - 21:59

party girls don't get hurt 






Revoir Kaya, là, assise près de moi fit automatiquement resurgir les souvenirs de notre nuit torride passée. Elle avait été au début d'une douceur sans faille qui m'avait fait perdre tous mes moyens. C'était vrai qu'il m'en fallait beaucoup pour que je sois à l'aise avec quelqu'un mais Kaya et ses douces caresses m'avaient totalement décontractée. Elle était très expérimentée et ça avait fait la différence. J'étais totalement bourrée cette nuit là mais je me rappelle très bien avoir pris mon pieds comme une folle.
Pleins de filles se seraient senties sales et mal après avoir fait l'amour avec quelqu'un pour qui elles n'auraient pas spécialement de sentiments amoureux, mais pour moi ce n'était pas le cas. Je trouvais la chose sacrément bizarre, certes, j'étais gênée, mais Kaya était une fille cool et réglo de ce que je savais d'elle, et avoir fait ma première fois avec une fille si jolie et expérimentée me rassurait presque. Au moins, ça n'était pas avec un connard qui m'aurait prise pour une conne. J'étais amie avec Kaya et nous avions dérapé, c'était clair mais c'était comme ça. A l'avenir, nous ferions plus attention.. nous essayerions du moins.

En attendant sa réponse, je le vis dans ses yeux. Je vis qu'elle en avait envie, de recommencer. Et brusquement, elle se rapprocha de moi et m'emprisonna de ses lèvres. Un flot de questions s'empara de mon esprit, que faire? Je sentis en moi, précisément dans le bas de mon ventre une chaleur intense, et je reconnus ce sentiment. «  J'ai encore envie de toi. » L'excitation commençait à brûler mon corps, j'avais envie d'elle. Moi aussi j'avais envie de recommencer, mais la barrière avait besoin d'être poussée. « Attends... » Je me détachai d'elle et enlevai le bouchon de la bouteille de whisky. « A la tienne, même si tu as déjà commencé dans ton coin... » Car je sentais les effluves d'alcool grâce à notre proximité. Peut-être était-ce parce-qu'elle avait bu qu'elle était aussi câline. Je m'enfilai alors un quart de la bouteille de whisky, sachant que ça allait me mettre bien d'ici 5-10 minutes. J'admets en avoir besoin, mais j'admettais aussi que j'avais envie d'elle moi aussi. Je ne savais pas ce qu'il se passait en moi mais cette fille m'excitait particulièrement, pourtant j'avais toujours préféré les hommes. Mais Kaya... La dangereuse Kaya.

Ses mains commençaient à se glisser sous mes vêtements, avide de ma chair. Une fièvre commençaient à s'emparer de moi, je me sentais bien et j'aimais le pouvoir qu'elle détenait sur moi. J'avais envie qu'elle s'empare de mon corps, qu'elle lui fasse un tas de choses pas catholiques, j'avais terriblement envie qu'on remette ça, et c'était bien parti pour. Ni une ni deux j'enlevai mon t-shirt, et me remis à l'embrasser sauvagement en la tenant par la taille. Je me mis un peu en arrière pour qu'elle puisse à son aise venir contre moi s'allonger, ce qu'elle fit très rapidement. Nous étions en osmose. Je sentais déjà l'alcool me monter à la tête, et lentement je me désinhibais. J'entrepris de déboutonner son jean, en l'embrassant suavement dans le cou. Je sentis, lorsque je me trémoussais d'excitation quelque chose sous mes fesses qui me gênait. C'était mon portable, alors je le pris mais il résistait. Après une minute je le jetai finalement à terre et repris mon affaire avec Kaya, qui était maintenant presque nue. Elle m'enleva mon jean à son tour, et nous commençâmes les choses sérieuses. C'était sauvage, c'était bon.


.
Revenir en haut Aller en bas
have a cigar with
Invité

Invité

MessageSujet: Re: {HOT} party girls don't get hurt -Kaya ft. Caly-    Dim 12 Oct - 21:52

CALYPSO
&
KAYA
Party girls
don't
get hurt


 

 



 

 

C’est facile d’être philosophe quand on a pas le sang qui pourrit. Δ trainspotting

C'est un cercle, une boucle infernale qui te prend, sans te rendre compte, tu deviens dépendant et tu ne peux plus t'arrêter. Sinon c'est la chute assurée. Sinon tu sombres, encore plus que ne sombres déjà. J'en tremble encore. De ce manque. Ce manque de tout. Ce manque de rien à la fois, alors j'me dirige une énième fois vers le bar auquel je m'habitue à aller de plus en plus, pour prendre une pinte, puis un whisky et parfois même un peu de liqueur de ce qu'il y a de plus répugnant pour la mélanger à mon sang, salit. Je cherche du regard la petite serveuse que j'avais vu plusieurs fois. Mais elle était pas là. Soirée de merde. Putain. J'bois encore une gorgée et j'allume une clope. J'remarque même plus les gens qui me dévisage, les curieux plutôt. J'demande la même chose, et je bois encore, de ce truc fort et sans réel goût, qui me brûle la gorge. Je soupire et me retourne. Espérant trouver une fille qui pourrait m'aider à supporter ce manque, cette tristesse indéniable qui m'ronge quotidiennement. J'm'approche d'une grande blonde, qui n'a pas l'air dans son assiette. « Salut, tu penses qu'on pourrait s'réconforter tous les deux ? » Je caresse alors sa cuisse, lui lançant un regard qui insinuait... Tout un tas de choses. « Tu sais...  ? » mais sans plus attendre, elle prend peur et se casse. Je soupire, retournant, au bar vers mon verre de pear brandy, fatigué d'attendre, fatigué de tout. Je jette alors un coup d'oeil à mon téléphone. Surpris de voir un message, je l'écoute avec hâte, pressé, que quelque chose se passe. C'était la serveuse. Calypso si j'me rappelais bien... J'aurais du noter son prénom au lieu de « sextress »... Peut être allait-elle me faire l'honneur de sa présence ? Un message vocal et je trépigne d'avance d'entendre sa jolie voix me réconforter dans ma solitude du soir... Mais au lieu de ça, c'est un tout autre message qui m'attend... « Mhhh ohhhh ... ... *soupires brulants de désir* Oui... Attends je rebois une gorgée! *rires de filles* Hannn oui... » Je repose mon téléphone. A moitié choqué, à moitié excité. C'est le rêve de tout homme, j'crois, deux filles qui s'embrassent, deux filles qui font des choses ensemble... J'me fais p't-être des idées, je fantasme peut être trop, mais j'peux pas louper cette occasion. Surtout si elle m'appelle... Il doit bien avoir un message caché derrière tout cela.

Je fonce, sans chercher à comprendre, je marche, un peu ivre, essayant de me rappeler où elle habite, parce qu'elle me l'avait expliqué une fois, y a quelques jours en fait. Je fais marcher ma mémoire, faut qu'elle marche ce soir putain. C'était vraiment important. Arrivé devant sa porte, j'essaye d'apercevoir quelque chose, mais je ne vois rien... J'attends quelques secondes. Fixant la porte, la poignée inaccessible, la porte fermée et que j'hésitais à franchir. Mais à ma grande surprise, elle était entrouverte... Je la pousse alors. Le cœur battant, pressé de découvrir ce qu'il se passe. J'entends des soupirs de plaisirs, des « mmmh » et quelques petits gémissements d'ailleurs. Je fais le moins de bruit possible et passe ma tête discrètement derrière le mur. Je les vois, les deux filles, aux silhouettes fines et aux courbes parfaites. J'admire leurs corps nus, silencieux devant leur plaisir féminin. J'hésites alors à m'branler ou à me jeter sur elle pour les rejoindre, ou encore, les filmer... Les trois étant assez osés, j'me contente de les r'garder, en me mordant la lèvre, sentant peu à peu l'excitation monter en moi. Jusqu'à ce que j'aperçoive le visage d'une d'entre elle, elle ferme les yeux. Et je le connais trop bien ce visage. C'est Kaya, bouillonnante de plaisir. Une image qui m'avait manquée... Jamais j'aurais pensé qu'elle était du genre à aller vers les filles, mais... ça ne la rendait que plus désirable et détestable à la fois.

Histoire de faire comme si de rien était, j'commence alors à faire du bruit, avançant en leurs directions, comme si j'savais rien, jouant la comédie. « Salut Caly, j'ai vu que tu m'avais appelé et... Oh putain de merde ! » J'me retrouve devant leurs corps nus. Mais tout à coup, c'est comme si j'souffrais de voir Kaya comme ça. J'la regarde, le regard à moitié haineux. Puis je me tourne vers Caly. « Fallait m'dire si tu cherchais à t'envoyer en l'air Caly, j'suis sûr que tu préférerais un voyage pour le monde magique de la queue, plutôt que celle du gazon » je jete un coup d'oeil furtif au corps de Kaya. Admirant les changement, depuis... Puis je reluque Caly, sans trop de gêne, tendant un joint en sa direction. « En attendant j'ai pensé que ça te ferait plaisir ! » j'leur souris. Assez heureux du tournant que prend ma soirée en fin d'compte...
© Gasmask


Revenir en haut Aller en bas
have a cigar with

avatar
CLOUDY ☁
❅ MESSAGES : 357
❅ OCCUPATION : Vendeuse de Livres
❅ TALENT : Emprisonner la vie à travers un objectif

MessageSujet: Re: {HOT} party girls don't get hurt -Kaya ft. Caly-    Dim 12 Oct - 23:14


Party girls dont get hurt
Saez ▽Elle à l’goût d’la mer, Elle a la fraîcheur des rivières, Elle à l’ivresse de la vodka, La folie de la tequila, Elle t’emmène d’l’aut’côté d’la Terre juste quand elle ouvre les paupières  
C’est magique, c’est plus facile qu’on l’imagine. Mon petit manège fonctionne. Elle est là, sous mes mains, sous mon regard, docile, libre, ouverte. Elle est comme moi finalement. Elle attend que ça, elle s’offre sans même résister un peu. C’est trop facile, mais c’est trop bon. J’ai pas le temps de réfléchir, tout s’emballe. Elle en veut autant que moi, même si pour ça elle a besoin de boire pour se sentir pousser des ailles. Je plane assez pour avoir le courage qu’il me faut. Mon coeur s’emballe, mon corps s’embrase. Elle est sauvage, son innocence toute envolée, comme une tigresse indomptable, elle s’embrase comme moi. En un clignement de paupière nous y sommes. On perd pas de temps, comme si tout ça se répétait encore et encore, assez pour que nos gestes soient naturels et sans hésitation. Je sais ce que j’ai à faire, tout comme elle. On est nue, sa peau, douce caresse tiède contre la mienne, sans aucune gêne. Je connais ce corps, pour cet instant il est mien. Je la dévore de baisers, de tendresse. Je veux m’insinuer comme l’excitation qui nous dévore. Je veux qu’elle m’appartienne, qu’elle me désire, qu’elle tremble sous mes mains, qu’elle jouisse assez pour combler ma satisfaction personnelle, qu’elle connaisse l’apothéose et qu’elle la vive jusqu’à en défaillir, qu’elle me supplie de recommencer à tout jamais. Je veux que ce moment la hante jusqu’à la fin de ses jours…  Nos corps ne font plus qu’un. Elle est à moi, comme je suis à elle. J’oublis tout. Ma tête se vide, mon corps explose, mon sang bouillonne. Je suis plus moi-même, je suis juste un monstre de désir qui s’acharne à vouloir la dévorer, elle et qu’elle en redemande. Oui je veux l’entendre me dire que je la fais rêver, que je la fais aimer. Je veux savoir que je lui fais du bien, comme elle me fait du bien dans mes moments troubles. Je veux qu’elle me dise que tout le reste est oublié, qu’il n’y a que nous maintenant et que le reste est envolé. Je veux pas regretter ce que je fais là maintenant. Je veux pas regretter de m’être pointé ici, moi et mon égoïsme prêt à tout pour se faire plaisir en se branlant sur la naïveté de cette fille qui m’obsède. Non, je veux juste savourer ce moment sans voir passer le temps. Ne pas m’arrêter comme si nos vies en dépendaient…

J’ai fais abstraction de tout ce qu’il y avait autour de nous. Parce que c’est trop facile de s’enfoncer dans le néant du sexe et d’oublier même qu’il faut respirer. J’aurais dû me douter que même ça, ça ne serait pas aussi facile. Qu’est-ce-que j’ai fais ? Pourquoi ? Est-ce-que je mérite à ce point d’être punie pour ma connerie ? Sans doute, si non je me retrouverais pas nez à nez avec celui qui porte désormais le nom de cauchemars… Ouais, mine de rien Calstery est trop petite. Ouais, je suis trop con, j’aurais dû me laisser tomber dans un fossé jusqu’au lendemain et me laisser décuver au rythme de la nuit. Je serais pas là comme ça, dépouillée de toute crédibilité à faire kiffer une meuf devant la seule personne que je pouvais vraiment désirer au point de faire ce genre de connerie pour l’oublier… Il est là, comme si de rien n’était, regardant notre petit jeu comme un vulgaire film porno où deux meufs s’activent à se faire gueuler de plaisir. J’y fais abstraction, parce que je me dis que c’est pas possible. Je suis peut-être juste plus bourrée que je l’imagine, au point que mon cerveau me fasse des hallucinations déchirantes… Mais ça voix me rappel à la réalité. Je redescend de mon petit nuage aussi vite que tout ça à commencé. Je relâche à regret mon emprise sur ma partenaire, maudissant jusqu’à l’os celui qui à osé troubler notre intimité par sa curiosité. J’implose, tiraillée entre la haine et l’amour. Je me trouve coincé entre eux, misérable. « Bordel Jed ! » Je gueule, ouais parce que c’est la seule chose que je peux faire. C’est con, mais j’ai honte, mais d’un autre côté je m’en branle. Je jubile, j’ai enfin l’occasion de lui faire du mal en lui prouvant qu’il est pas tout seul à mériter ma passion. Je sais que ça le touche pas, il n’y a qu’à regarder son attitude. Je m’occupe pas de ce qu’il dit, je suis trop occupé à essayer de récupérer un minimum de dignité échouée sur le sol. Je cherche mes fringues, mais j’arrive juste à mettre la main sur un misérable string. J’ai plus de pudeur au point où j’en suis, mais je veux pas accepter aussi facilement… Je fais abstraction à ce qu’il dit, me renfrognant dans mon coin, le plus loin possible de Calypso, honteuse, dégoutée, frustrée… Je lui en veux d’avoir volé ce moment avec elle, d’avoir réduit à néant toutes les miettes d’espoirs qu’il me restait. Puis je ris, parce que même avec toute ma bonne volonté j’entends ce qu’il dit. « Faut croire que ta queue ne fait pas l’unanimité mon gars… » Ho si elle le fait, mais je veux pas l’admettre, même si ça doit être cent fois mieux que de se contenter des paluches d’une de ses potes. Non je préfère rien dire et me fermer la bouche autour de la bouteille de whisky, pour ne pas plus m’enfoncer dans le ridicule. J’ai juste envie de me sauver loin d’ici et doublier tout ça, comme à chaque fois qu’il croise ma route. Je suis trop déroutée, j’ai pas le courage de fuir, ni de m’expliquer, ni de les regarder. Je veux juste qu’on me laisse tranquille, qu’on m’oubli, qu’on arrête de me faire souffrir. Qu’on me laisse regretter d’avoir trouvé le courage en me plongeant dans des fond de verres, de venir jusqu’ici pousser sa porte pour m’envoyer en l’air avec elle. « Je vais y aller Caly, désolée… » Alors je commence à rassembler mes affaires pour me sauver d’ici, pour aller me plonger dans une énième bouteille pour que tout ça puisse sombrer dans le néant et qu’il m’emporte avec lui dans sa douce étreinte.   
(c) AMIANTE



_________________
WHO WILL FIX ME NOW
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
have a cigar with
Invité

Invité

MessageSujet: Re: {HOT} party girls don't get hurt -Kaya ft. Caly-    Jeu 23 Oct - 1:05

party girls don't get hurt 






Je m'abandonnais, et pendant quelques instants, le monde m'importait peu. Je sentais toutes les vibrations de nos corps enlacés. Des sons s'échappaient de nos lèvres, j'étais bien là. Nous étions en osmose et nous le ressentions. C'était étrange comme je pouvais m'abandonner aussi facilement avec Kaya, une fille dont je n'étais pas spécialement proche mais que je désirais totalement. Malgré l'alcool j'avais conscience que tout ceci serait une grande blague demain matin pour elle qui était si détachée de la réalité, qui avait l'air de s'en foutre de tout. Malgré l'alcool, je savais que demain nous allions une fois de plus échanger ce regard, ces excuses, cette gène mais nous ne regretterions rien. Car ce que nous faisons, nous l'avons voulu. Et je ne sais pas pourquoi moi personnellement je l'ai voulu mais c'était complètement incompréhensible. J'avais envie d'elle c'était tout, et je savais que ce serait surement la dernière fois que nous allions être proche de la sorte, alors j'essayais de bien m'y prendre, novice que j'étais, à lui faire ce que j'aimais qu'on me fasse... Pour elle ça avait l'air facile, dès qu'elle me touchait elle avait tout bon. Et j'avais comme l'impression que ce sentiment était réciproque.

Je ne l'entendis pas, mais mes chats s'étaient rapproché de la porte. L'un deux grattait l'embrasure, qui, sans ce que je ne m'en aperçoive, était ouverte. Je n'y prêtais pas attention mais pourtant je sentais un regard sur ma peau, sur nos corps. C'était malsain mais ça jouait sur mon plaisir, et je le sentais... Et ça rendait les choses dangereuses. J'étais arrivée à un stade où je pouvais sentir mon sang couler à flot dans mes veines, chahutant à travers ma peau, complètement ravagé par l'alcool. Je me prenais rarement des cuites, préférant la défonce, alors j'oubliais à quel point c'était bon d'avoir l'esprit dérouté et de ne plus être maître de ses actes.

Soudain, je sentis le corps de Kaya se redresser violemment. J'entendis une voix lointaine qui n'était pas la sienne se joindre à nous. C'était une voix particulière, que je reconnaissais facilement. Je me retournai alors pour faire face à notre détraqueur, inconsciente de mon état -nue, vulnérable, décoiffée- et plaçai ma chevelure rousse contre mon torse afin de cacher mes seins. C'était lui, John.. Non, Ted. Non! Jed. Kaya était sur la défensive, ce qui m'étonnait d'elle car elle était du genre à ne pas avoir froid aux yeux. Ils avaient l'air de se connaître, vu leurs réactions. Je ne connaissais pas leurs histoires, je ne voulais pas vraiment savoir sur le moment, tout ce que je voulais... C'était que la fête continue.

Kaya prenait déjà ses affaires, c'était hors de question. Je me levai alors en titubant vers elle, et revêtis au passage une culotte trouvée par terre. Je la pris par le bras, doucement et calmement. « Kaya... Et si tu restais encore un peu.. » Je descendis ma main dans son dos afin de la rassurer, mais aussi parce-que j'étais furieusement frustrée et que j'avais toujours envie d'elle. Vous savez, une fois qu'on y goûte.. Je pris le joint que me proposais Jed et m'installai sur mon canapé, en culotte. J'attrapai un briquet sur la table et l'allumai tranquillement. La fête devait continuer.

« Venez vous asseoir, allez.. » Violemment alcoolisée, je parlais d'une voix suave et grave, tout à fait inappropriée à la situation. Je tire des grosses bouffées sur le buzz et sens la plante s'infiltrée dans mon esprit. Je la sens, elle est en moi. Et ça me donne des ailes. Jed ne se fit pas prié et vint s'installer à mes côtés. Il sentait l'alcool fort à plein nez, et ça ne me dérangeait pas. Kaya, elle, était réticente. Kaya, la dangereuse et sans limite Kaya aurait-elle subitement les chocottes? Mais de quoi... J'allais finir par le savoir. « Kaya assieds toi. » Je lui pris le bras et l'amenai à s'asseoir de mon autre côté. Les deux se lançaient des regards glacés, ils semblaient avoir décuvé d'un coup. « On va faire un jeu, je commence. Jed, action, chiche ou vérité? » Un sourire mesquin se dessine sur mes lèvres, je sens qu'on va s'amuser.




Revenir en haut Aller en bas
have a cigar with
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: {HOT} party girls don't get hurt -Kaya ft. Caly-    

Revenir en haut Aller en bas
 

{HOT} party girls don't get hurt -Kaya ft. Caly-

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Hottest Party 2 sur Wii, Konami l'a zoné niveau tapis
» TV show king party sur Wii
» Hi boys and girls
» "Murder party" interdite !
» DANGER GIRLS (McFarlane Toys/ Dragon/ DC Direct) 1999

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: OB-LA-DI, OB-LA-DA :: le débarras-