AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
ON AVAIT OUBLIÉ DE COCHER OUI, INSCRIVEZ VOUS breeeze
Venez nous rejoindre sur la CB !

La playlist est également vôtre, faites en bon usage! Smile

Partagez | 
 

 Wild Leaves • Dhani

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
have a cigar with
Invité

Invité

MessageSujet: Wild Leaves • Dhani   Lun 29 Sep - 22:19

Spleen and Dhani


La tête contre le pavé, la bave aux lèvres, les cheveux volant au léger courant d’air qui s’infiltrait par la fenêtre mal refermée, Dhani ne bougeait plus. Seule sa respiration étrangement saccadée pouvait rappeler une vie dans ce corps devenu aussi pâle que la mort. Ses doigts noircit par les heures qu’il avait passé à dessiner au fusain sur le mur de la cuisine, son bras rougit par les nombreuses piqûres qu’il c’était faite afin d’injecter un peu d’irréel à sa pauvre réalité, à sa propre décadence, afin de peindre avec des couleurs plus fraiches l’apparence de Dhani le Cheyenne sans qu’on ne sonde la noirceur sous la couche de mensonges et de substances.
Ses vêtements étaient froissés et il lui manquait une chaussure, certainement perdu lorsqu’il dansait seul dans le parc sous les étoiles. Attendant vainement que le soleil ne se lève avant de se dire qu’il faudrait finalement qu’il rentre, au moins pour aller chercher de quoi se redonner un coup de boost. Mais il était tombé sur ce morceau de charbon au fond de sa poche qui l’avait inspiré soudainement, et c’était avec une passion et une vigueur peu commune qu’il avait commencé sa fresque monocolore sur le mur, racontant un peu l’histoire de sa vie. Dans sa bouche c’étaient mêlés les mots de ses ancêtres et les siens, il avait parlé et parlé sans discontinuer et à présent ses lèvres étaient sèches et pelaient. Une goutte de sang unique avant jaillit de son nez et avant même qu’il s’en aperçoive il était allongé, rafraichissant sa joue contre le carrelage, le regard pointé vers un ciel rosissant sous la naissance d’un nouveau soleil. Puis il avait fermé les yeux, se rendant bien compte qu’il lui manquait quelque chose, mais n’arrivant pas à mettre le doigt dessus. Il se sentait partir, mais pas comme la dernière fois, cette fois ça faisait mal, un mal de chien qui semblait lui ronger les entrailles et il avait envie de crier mais aucun son ne sortait de sa gorge. Il restait là à suffoquer, avant que plus un son et plus un spasme ne traverse son corps qui ne réclamait plus que le calme.
Derrière la vitre, l’astre du jour pointait, et la fraicheur matinal laissa place à une légère brume, à travers elle on pouvait percevoir les fantômes des temps anciens et certainement aussi les anges gardiens.
Le silence ce faisait à la fois doux et oppressent autour de Dhani car dans un dernière effort, il se mit à crier et à pleurer, se tordant un peu plus, son corps maigre devant presque difforme tandis que ses os saillaient sous sa peau. Cela devait faire plusieurs jours qu’il n’avait pas mangé, cela ne choquait plus personne autour de lui, mais son corps ne le supportait que de moins en moins.
L’effort que le jeune homme fit pour se relever fut vain. Il finirait bien par se vomir dessus afin de laisser ressortir toutes les substances qu’il  avait ingurgitées. Lui qui ne prenait quasiment jamais la peine de rentrer chez lui la nuit, voici qu’il agonisait sur le sol, attendant qu’un de ces anges de la brume ne lui tende la main ou ne l’embrasse sur le front pour le délivrer. Se laissant retomber sur le dos, il recroquevilla ses bras contre son thorax et ferma les yeux, attendant un signe un seul, ou une délivrance, qu’importe, il ne pouvait pas faire grand-chose d’autre de toute manière, il n’en avait plus la force ni la volonté à l’heure qu’il était.



made by LUMOS MAXIMA
Revenir en haut Aller en bas
have a cigar with
Invité

Invité

MessageSujet: Re: Wild Leaves • Dhani   Lun 20 Oct - 15:36

Spleen and Dhani



« On se laisse attirer par la faiblesse, parce que c'est doux et tiède, et on s'y abandonne, et on finit pas sombrer dans la veulerie. »



Ton réveil sonne et instinctivement, tu lèves la tête vers le ciel qui effectivement devenait de moins en moins sombre. Les étoiles s'en vont et tu soupires, assise la sur ce rocher. Quelle plaie. quatre heures et des broutilles sonne la fin de ta journée, ou plutôt de ta nuit. Divaguant, ton esprit réintègre ton corps un peu brutalement lorsque tu décides de te lever et de marcher vers la maison.  Les cernes noires sous tes yeux sont le reflet de ton regard, tes mains tremblantes le reflet de ton âme. noire son tes mots, noires sont tes pensées. La vie te semble trouble, la vie n'est qu'une farce que tu es obligée de subir.

Tu presses le pas lorsque le soleil encore s'éclaire, et juste à temps, avant le premier rayon, tu ferme la porte de la maison derrière toi. Ton col roulé noir te protège des rayons mais ton visage, tes mains, tes jambes sont exposées. Sans que personne ne comprenne pourquoi, sans que personne ne te demande pourquoi, tu avais installé à toute les fenêtres des rideaux si épais, si noirs que le soleil n'entrait pas. Le soleil est banni, triste et désunis.

Tu tournes les talons pour monter les escaliers, accéder à ta prison du jour, ton antre, ton repère mais tu entend geindre. Des pleurs, des symptômes du mal qui ronge quelqu'un. Tu fais alors demi-tour et t'arrête dans l'encadrement de la porte de la cuisine. Les rideaux sont ouverts et dans un rayon de soleil, le corps meurtrie de dhani. Mains noires, pensées noires. Est-ce que ses larmes sont noires aussi ?

Toute une vie à te meurtrir, à te faire du mal, mais tu as trouvé pire que toi. Ce chien des mer, ce loup sauvage, dhani souffrait terriblement. « Dhani. Dhani lève toi. » Dis-tu, la voix cassée, les yeux embrumée. La rechute n'est jamais plaisante, c'est une pente dure et piquante, qui te fait t'écraser au fond du ravin après une chute sans fin. Tu te décide à avancer. Tu contourne dhani pour te précipiter sur les rideaux que tu tires, plongeant la pièce dans le noir. tes doigts frôles l'interrupteur qui s'allume en un grésillement de néon atroce, nous rappelant une fois de plus la dureté de la vie. Avec cette lumière, dhani semble encore plus pâle que pâle. Près de sa tête tu t’assois,  tes mains sur ses épaules du force son corps plume à se mettre sur le côté, puis tu pose sa tête sur tes genoux nus. Ta main dégage les cheveux sur son visage pour découvrir son visage. « Répond moi putain. »

« Vous savez c'est étrange. on dirait que l'homme s'attache à tout, même à la souffrance. »

made by LUMOS MAXIMA
Revenir en haut Aller en bas
 

Wild Leaves • Dhani

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 東方茨歌仙 ~ Wild and Horned Hermit
» Super wild card super nintendo pal 24 Mo
» WILD WILD WEST (X-Toys) 1999
» Wild West Blood Bowl American Association (Saison 1)
» Wild-Fire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: OB-LA-DI, OB-LA-DA :: le débarras-